Connect with us

Actualité

Naviguer dans les eaux internationales : Les défis du transport maritime à l’ère de la mondialisation

Published

on

Maritime

Le transport maritime est la première industrie internationale. Selon l’Organisation maritime internationale (OMI), plus de 90 000 navires débarquent chaque année, transportant plus de neuf milliards de tonnes de marchandises. Le transport maritime est le moyen d’acheminement le plus utilisé pour les échanges commerciaux. Cependant, la navigation dans les eaux internationales est de plus en plus menacée malgré les lois établies. L’objectif ici est d’expliquer l’importance du commerce par la mer et les défis à relever.

Le transport maritime : plus de 80 % des échanges de marchandises

Très loin devant les autres types de transports (terrestre, ferroviaires et aérien), la voie maritime est celle appréciée par la grande partie des entreprises. Elle présente de nombreux atouts.

Le mode d’acheminement le plus économique

Le premier bénéfice que tire une entreprise du choix de la voie maritime pour le transport de ses marchandises est le coût. Le transport par bateau des produits coûte 30 fois moins cher qu’un transport par voie terrestre. En réalité, le transport par la mer n’entraine pas d’énormes dépenses.

Les tarifs sont appliqués selon le poids des marchandises. Le chargement et le déchargement sont plus rapides, ce qui réduit dans une grande proportion les frais de mouillage. Ces tarifs peuvent être plus dégressifs si vous choisissez un transport international avec Multitra, une entreprise de référence dans le secteur maritime. Elle vous fera profiter de meilleures propositions en matière de coût de transport et de la sécurité.

Un transport flexible

En privilégiant la voie maritime pour transporter vos marchandises, vous profitez d’une grande flexibilité sur la taille et la nature des produits. Les bateaux conviennent parfaitement pour l’acheminement de vrac solide et de vrac liquide. De même, ils sont adaptés à transporter un grand volume de marchandise. Ils possèdent une capacité de stockage absolument colossale capable d’acheminer de grandes quantités de marchandises sur de longues distances.

Le mode de transport le plus sécurisé

Parmi tous les modes de transport, l’acheminement des produits par voie maritime est le plus sécurisé. Cette garantie se justifie par le fait que les marchandises soient emportées dans des conteneurs. Autrement dit, même si les produits sont emballés en sachet, en cartons ou stockés sur palettes, ils sont hermétiquement conservés dans des conteneurs. En lisant cet article, vous aurez plus de détails sur le conditionnement des produits. De toute évidence, l’utilisation des conteneurs réduit le risque de vol et de perte de produits.

Les tensions géopolitiques : un facteur qui perturbe le transport maritime

Aujourd’hui, la navigation dans les eaux internationales est fortement secouée par des conflits géopolitiques. Les grands axes maritimes empruntés par la majorité des bateaux font l’objet de tensions régionales. C’est le cas par exemple de la mer Noire qui est devenue depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, un espace interdit aux navires. Pourtant, c’est par ces eaux que transportent les céréales ukrainiennes et russes qui jouent un rôle prépondérant dans l’alimentation du monde.

Une autre zone de tension est la mer Rouge. Depuis le début de l’opération militaire engagée par l’Israël dans la bande de Gaza, la mer Rouge est devenue aussi un foyer de conflits alimenté par les rebelles yéménites houthis. Ce groupe armé cible tous les navires qu’ils jugent liés à l’Isreal.

Pour eux, c’est une façon de riposter face à la guerre que mène l’État Hébreux contre le Hamas dans la bande de Gaza et contre l’ingérence américaine dans la région. Malgré la coalition multinationale formée pour sécuriser le trafic, les compagnies maritimes qui doivent faire le trajet Asie-Europe décident d’éviter le risque et préfèrent contourner l’Afrique. Cela double la durée du voyage et augmente aussi les frais logistiques. Des recherches approfondies vous permettront d’en savoir plus sur l’impact économique de ce conflit sur le trafic dans la mer Rouge.

La sécheresse, l’équation à résoudre dans le canal de Panama

Contrairement à la mer Noire et à la mer Rouge qui sont des théâtres de conflits, c’est le phénomène des eaux basses qui secoue le canal de Panama depuis de nombreux mois. Cet espace qui relie l’Atlantique au Pacifique enregistre d’ordinaire 5 à 6 % du commerce maritime mondial. Ce pays fait face à une sécheresse de grande ampleur occasionnée par le phénomène El Niño, mais intensifiée par le changement climatique. D’après les données, la situation hydrologique peut s’empirer sur le long terme.

De toute évidence, les conséquences sont immédiates. Le trafic maritime via le canal de Panama a chuté de 40 à 50 % par rapport en 2023 dans la même période. Des navires sont contraints d’emprunter des itinéraires alternatifs qui sont plus longs et plus coûteux.

Le phénomène de la piraterie

shipping

Certes, au fil des années, les cas de piraterie ont baissé. Mais le risque reste toujours élevé dans certaines eaux internationales. Ce phénomène fait partie également des défis à relever à l’ère de la mondialisation. Il existe certains documents que vous pouvez consulter pour en savoir plus sur les propositions de solution afin de contrer les attaques. Il est conseillé aux garde-côtes de rester toujours en alerte pour déjouer efficacement les tentatives de piraterie.

I'm a passionate full-time blogger. I love writing about stris, how they can access key resources, avoid legal mistakes, respond to questions from angel investors as well as the reality check for stris. Continue reading my articles for more insight.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top of the month